Wednesday, August 23, 2006

Expo photo

Click on a link: cliquez un lien
A la Decouverte de l'expo

Towards the Expo

Wednesday, July 19, 2006

Towards the discovery of the family farm

manual planting of broccoli at Cadet-Roussel farm

In 1995, organizers from Équiterre approached Cadet-Roussel farm in the Montérégie region offering baskets to citizens of Montréal, the idea at the time seemed odd but still, the seed sprouted. A sign that Margaret Mead's famous phrase continues to ring true: « A small group of thoughtful people could change the world. Indeed, it's the only thing that ever has.»

Young farm worker at Cadet-Roussel farm carries "grelinettes", a little known, but very useful tool.

Each year the network integrates young farmers who have chosen CSA (community supported agriculture) as a marketing mode because the formula allows a small-scale start up and offers financial security via direct commerce and prepaying by the consumer. A crucial support system. Between 1996 and 2001, the number of farmers aged 35 years or less has gone up by almost 40 % in Canada.

Farmer meticulously inspects his fields at Vallon des Sources

The farms in the CSA network apply the rules that enclose the term «organic». This implies a record keeping of all the operations on the land, anything used on the land and the management of the farm . Moreover farms receive an annual visit form an inspector from a independent certifying body This tedious process is done at the farm's expense.

Manual transplanting at Cadet-Roussel farm

A large part of the costs of CSA farms are labour costs. In fact, many tasks must be done manually given the diversity of the crops. In Québec, qualified labour is rare, which poses an obstacle to the growth of some farms.

watering of seedlings at Vallon des Sources

In March, the production of vegetables begins on the farm . With regards to the number of partners foreseen , the farmers sow a number of seeds greater than their needs, thus assuring good results knowing that between seeding and harvesting favourable and unfavourable factors will influence the yield. It is in this light that the farm and her partners share risk and benefits of the coming season.

Harvesting of carrots at Cadet-Roussel

Did you know that certain farms feed a dozen families, while others have chosen to nourish up to 400 weekly? Our neighbours to the south have some farms that produce for 100o families weekly! This explains the varied level of mechanization form one farm to another . For example to supply 400 families with food the Campanipol farm will sow almost one acre of carrots . The equivalent of half a soccer field.

Ref : 1 acre : 4046 m2

1 soccer field : 6000

3 acres = 2 soccer fields

Preparing of winter baskets as a family at Cadet-Roussel

By buying locally you contribute to the lowering of greenhouse gases. Did you know that on average, your food travels 2600km to get to your plate ?

Well deserved break at Vallon des Sources

Is the organic farmer bucolic? For many farmers taking the time to take in the surrounding beauty the sounds of the birds are added benefits that are part of daily life on the farm. Working the land provides a direct link with nature, the source of life.

Cabbage harvest at Vallon des Sources

In order to garnish your baskets (often from 6 to 12 varieties weekly) your "family farmers" plan the whole of production in the beginning of the season from the quantity of seeds needed to the expected date of harvest. Also they must take into consideration the needs of each crop, the beneficial association between vegetables and rotating , a challenge they pull off ever skilfully.

Storing of winter vegetables atVallon des Sources

Formerly, with winter vegetables conserved in cellars, people ate locally all year round. Some farms have reclaimed this idea and offer their vegetables during wintertime via the CSA. The baskets are filled with carrots, onions, parsnip, squash, leek, rutabagas, beets endives, cabbage, dried beans and often conserves made on the farm.

Harvesting tomatoes at Vallon des Sources

Facing the challenge of a diversified production , our family farmers must have a touch of inventiveness. Their creativity allows greater productivity, a crucial element in the productivity of the farm . upon visiting a farm You would be impressed by the field machineries, and the harvesting , storage and washing equipment that the farmers have modified to their needs.

Jean Roussel during his morning-time milking Cadet-Roussel farm

Traditional working methods are becoming rarer and rarer, and those who practise them are often not taken seriously. ,Yet, they bear a knowledge of priceless that links us to all the families of Quebec , who have populated our rurality. Did you know that in Québec, the number of farms have dropped from 140 000 to 30 000 in 50 years and that we continue to lose two farms daily?

Two young workers consumed in their work at Verger aux Quatre-Vents

Diversified vegetable farms are areas rich in biodiversity. Not only do we cultivate thirty or so varieties of vegetables, but we find many other plant and animal life thanks to the fact that pesticides are not used. Some will protect certain habitats, like marshlands, ponds wooded areas. Did you know that according to a British study, organic farms have 32 % more birds and 35% more bats than conventional farms?

Open house where children are welcome with open arms at Cadet-Roussel farm

Being a CSA partner opens the door to a wider implication than picking up your weekly basket. "Work" or "harvest" days and festivities are organised which allow for a helping hand, or learn a little. Less likely to have family in the countryside, it is a real privilege for city dwellers.

Harvest of beans for next years seed at Vallon des Sources

Organic farms must use organic and non-modified seeds . Some farms use open pollination seeds, which permits them to harvest the seed for sowing the next season . Baskets are sometimes filled with different varieties of the same vegetable. In fact one has the chance of tasting heritage style tomatoes, like striped, or black tomatoes etc.. A whole world of colours and tastes to be discovered!

Morning time harvest at Vallon des Sources

Harvesting begins At daybreak on days where baskets must be delivered. Farmers choose vegetables that they will fill the baskets by seeing what is ready to be picked. Freshness, great taste and surprises are on the menu! CSA allows us to eat according to the season, and to discover the life-cycle of vegetables in one's own region.

Hand weeding of lettuce at Cadet Rousel farm

Organic farmers do not use herbicides to control "weeds" . Manual, or mechanized work is hence given priority which in turn requires unremitting work. In Québec, the majority of rivers and groundwater situated in the vicinity of intensive agriculture are contaminated at varying degrees by the residues of pesticides or from manure run-off.

rainy day harvest at Cadet-Roussel farm

Being a farmer is above all a calling. In fact, farmers work long hours, rain or shine. The ardour that this craft requires could explain the decreasing popularity of this profession among today's youth. Yet it is a rewarding experience nourishing a group of people in a healthy way and to knit ties with the people one feeds.

Day of harvest at Cadet-Roussel farm , Mont St-Grégoire

In organic agriculture, the underlying principal is to feed the soil , because it is that in turn that nourishes the plants. Ploughing crops grown to enrich the soil, applying compost or natural wind-breaks are basic tenets of organic agriculture. Did you know that mainly due to erosion the planet has lost almost one third of its arable land since 1960?

Pigs on Cadet Roussel farm
The norms surrounding breeding are very strict. In general, animals must have access to the outdoors, must eat organic products , exempt from ground meat and antibiotics, their facilities must also respect their well being. All this reasons make it so
that organic meat is a little more expensive but much more tasty! Moreover, this kind of rearing respects environmental norms.

Monday, July 17, 2006

A la decouverte des fermiers de famille

plantation manuelle de crucifères aux champs de la ferme Cadet-Roussel

Lorsqu’en 1995, les militants d’Équiterre approchaient la ferme Cadet-Roussel en Montérégie pour offrir des paniers aux citoyens de Montréal, l’idée semblait farfelue et pourtant, la graine a germé. Signe que la célèbre phrase de Margaret Mead continue d’être vraie Ne pensez jamais qu’un petit groupe de citoyens sérieux et résolus ne puisse changer le monde ; c’est en effet la seule chose qui ait jamais fait changer le monde. »

Jeune agriculteur en stage à la ferme Cadet-Roussel portant des grelinettes, un outil agricole peu utilisé mais bien pratique.

Chaque année, le réseau intègre de jeunes agriculteurs qui ont choisi l’ASC comme mode de mise en marché parce que la formule permet de démarrer à petite échelle et elle offre une sécurité financière via le commerce direct et le paiement d’avance des partenaires. Un soutien qui revêt une importance cruciale. Entre 1996 et 2001, le nombre d'agriculteurs âgés de 35 ans et moins a chuté de près de 40 % au pays.

La fermière inspecte minutieusement ses champs au Vallon des Sources

Les fermes du réseau d’ASC mettent en application les règles prescrites par la Loi sur les appellations réservées qui encadre l’appellation «biologique». Ceci implique la tenue de registres sur la régie des opérations au champ, sur les intrants achetés et toute la gestion de la ferme. De plus, les fermes reçoivent annuellement la visite d’un inspecteur d’un organisme de certification indépendant. Ce fastidieux processus se fait aux frais de la ferme.

opération manuelle de transplantation à la ferme Cadet-Roussel

Une grande partie des coûts de production des fermes en ASC se situe au niveau de la main d’œuvre. En effet, plusieurs tâches doivent s’effectuer manuellement étant donné la diversité des cultures. Au Québec, la main d’œuvre qualifiée est rare, ce qui entraîne un obstacle à la croissance de certaines fermes.

l’arrosage des plantules en serre au Vallon des Sources

C’est en mars que la production des plants de légumes démarre à la ferme. En fonction du nombre de partenaires visés pour l’été, les agriculteurs sèment un nombre bien supérieur de plants pour s’assurer de bons résultats sachant qu’entre les semis et les récoltes, des facteurs favorables ou défavorables viendront influencer les rendements. C’est dans cette optique que la ferme et ses partenaires partageront les risques et les bénéfices de la saison à venir.

récolte de carottes à la ferme Cadet-Roussel

Saviez-vous que certaines fermes approvisionnent une dizaine de familles alors que d’autres ont choisi d’en nourrir 400 par semaine ? Chez nos voisins du Sud, on voit certaines fermes produire pour 1000 familles ! Ceci explique que le niveau de mécanisation varie d’une ferme à l’autre en fonction des surfaces en culture. Par exemple, pour fournir 400 familles, la ferme Campanipol sèmera presqu’un acre en carottes. L’équivalent de la moitié d’un terrain de soccer.

Réf : 1 acre : 4046 m2
1 terrain soccer : 6000
3 acres = 2 terrains de soccer

Montage des paniers d’hiver en famille à la ferme Cadet-Roussel

En achetant local, vous contribuez à la diminution des gaz à effet de serre. Saviez-vous qu’en moyenne, nos aliments ont parcouru 2600 km entre leur lieu de production et votre assiette ?

pause bien méritée au Vallon des Sources

Bucolique l’agriculture biologique ? Pour plusieurs agriculteurs et agricultrices, prendre le temps, profiter de la beauté, écouter le chant des oiseaux sont des «bénéfices marginaux» qui font partie du quotidien. Le travail de la terre permet un lien intime avec la nature, source de Vie.

récoltes de choux au Vallon des Sources

Afin de pouvoir garnir vos paniers de légumes (souvent entre 6 et 12 variétés par semaine), vos «fermiers de famille» planifient l’ensemble de la production en début de saison allat des quantités de semences requises jusqu’aux dates prévues de récoltes. Également, ils doivent prendre en considération les besoins de chaque culture, les associations bénéfiques entre les légumes et les rotations, un défi qu’ils relèvent de main de maître !

l’entreposage des légumes au Vallon des Sources

Anciennement, avec les légumes de conservation que l’on gardait dans les caveaux, les gens mangeaient local toute l’année. Certaines fermes ont repris l’idée et offrent leurs légumes via les paniers ASC durant l’hiver. Les paniers sont garnis de carottes, de panais, d’oignons, de courges, de poireaux, de rutabagas, de betteraves, d’endives, de choux, d’haricots secs et parfois, de produits transformés à la ferme.

récolte de tomates au Vallon des Sources

Face au défi de la production diversifiée, vos fermiers de famille doivent faire preuve d’ingéniosité. Leur créativité leur permet de gagner en productivité, ce qui est un élément crucial pour la rentabilité de la ferme. Laissez-vous impressionner lors d’une visite à la ferme par la machinerie de champ, les équipements de récoltes, d’entreposage, de lavage et de montage que les agriculteurs ont adapté à leurs besoins !

Jean Roussel lors de la traite matinale à la ferme Cadet-Roussel

Les méthodes de travail traditionnelles sont de plus en plus rares. Ceux qui s’y adonnent ne sont pas souvent pris au sérieux. Pourtant, ils portent un savoir d’une valeur inestimable qui nous relie à toutes les familles québécoises qui ont peuplé notre ruralité. Saviez-vous qu’au Québec, le nombre de fermes est passé de 140 000 à 30 000 en 50 ans et que l’on continue aujourd’hui de perdre deux fermes par jour?

Deux jeunes stagiaires affairés aux récoltes automnales au Verger aux Quatre-Vents

Les fermes maraîchères diversifiées sont des milieux riches en biodiversité. Non seulement on y cultive jusqu’à une trentaine de variétés de légumes, mais on y retrouve plusieurs autres espèces végétales et animales grâce au fait que les pesticides ne sont pas utilisés. Certaines protégeront même des habitats tels les marais, les étangs, les boisés. Saviez-vous que selon une étude britannique, les champs biologiques contenait 32 % plus d’oiseaux et 35% de plus de chauve-souris que les champs conventionnels ?

Journée porte-ouverte où les enfants sont accueillis à bras ouverts à la ferme Cadet-Roussel.

Être partenaire d’une ferme en Agriculture soutenue par la communauté ouvre la porte à une implication plus grande que le simple fait d’aller chercher son panier. Des journées de travail, de récoltes ou des festivités sont organisés ponctuellement, ce qui permet de mettre la main à la pâte ou d’en apprendre davantage. Pour ceux qui n’ont pas de famille en campagne, comme il était fréquent auparavant, c’est un véritable prévilège !

récoltes d’haricots pour faire des semences au Vallon des Sources

Les fermes biologiques doivent utiliser en priorité des semences biologiques et exemptes d’organismes génétiquement modifiés. Certaines utilisent des graines dites « à pollinisation libre », ce qui leur permet de les récolter pour les semer à nouveau le printemps suivant. Les paniers sont parfois garnis de différentes variétés d’un même légume. Vous risquez en effet de goûter à des tomates de variétés anciennes telles que la tigrée, la noire, etc… Tout un monde de saveurs et de couleurs à découvrir !

récoltes matinales au Vallon des Sources

C’est à l’aube que les récoltes débutent les jours de livraison de paniers. Les agriculteurs choisissent les légumes qui les garniront en évaluant ce qui est prêt à être récolté. Fraîcheur, bon goût et surprises sont au rendez-vous ! L’ASC nous enseigne donc à manger de saison et à découvrir le rythme de croissance des légumes propre à sa région.

désherbage à la main de la laitue a la ferme Cadet Rousel

Les agriculteurs biologiques n’utilisent pas d’herbicides pour le contrôle des «mauvaises herbes». Le travail mécanique ou manuel est donc privilégié, ce qui requiert un travail assidu. Au Québec, la majorité des cours d’eau et des nappes phréatiques, situées en milieu agricole intensif, sont contaminés à des niveaux variables par des résidus de pesticides ou des dérivés de fumier.

récolte de céleri-rave en temps pluvieux à la ferme Cadet-Roussel

Être agriculteur, c’est avant tout une vocation. En fait, les agriculteurs travaillent de longues heures, et ce, beau temps, mauvais temps. L’ardeur que ce métier requiert pourrait expliquer la popularité décroissante du métier auprès des jeunes aujourd’hui. Il est pourtant si valorisant de nourrir un groupe de gens de façon saine et de tisser des liens avec ceux-ci !

Journée de récoltes à la ferme Cadet-Roussel, à Mont St-Grégoire

En agriculture biologique, le principe de base est de nourrir le sol parce que c’est lui, qui, en retour, nourrit les plantes. On utilise des pratiques telles l’enfouissement de cultures dédiées à enrichir le sol et l’application de compost ou l’implantation de haies brise-vent. Saviez-vous que la planète a perdu près du tiers des sols arables depuis 1960 notamment par l’érosion ?

Cochon sur la ferme Cadet Roussel

Les normes entourant l’élevage sont strictes. En gros, les animaux doivent avoir accès à l’extérieur, doivent être nourris de moulées biologiques exemptes de farines carnées et d’antibiotiques et les installations doivent respecter leur bien-être. Toutes ces raisons font en sorte que la viande biologique est plus dispendieuse mais combien plus goûteuse ! De plus, ces élevages respectent les normes environnementales.